Rejoignez-nous : Recherchez :

Archive pour avril, 2019

Appel à communications pour le Congrès National des Centres de Santé 2019 !

Le 59ème Congrès national des centres de santé se tiendra les jeudi 03 et vendredi 04 octobre 2019 à l’Asiem, 6 rue Albert de Lapparent, 75007 Paris.

Comme chaque année, des sessions de communications seront organisées, afin de valoriser les recherches et expériences menées impliquant les centres de santé. Ces communications peuvent concerner :

· des travaux de recherche dont les résultats améliorent la connaissance ou les pratiques au sein des centres de santé,

· des retours d’expériences organisationnels, de pratiques, d’amélioration de ‘accès ou de la qualité des soins.

Alors n’hésitez pas, répondez à cet appel à communications pour venir partager votre travail avec tous les congressistes !

Pour soumettre votre proposition de communication, il suffit de remplir ce formulaire en ligne avant le dimanche 19 mai 2019 minuit : 

https://framaforms.org/appel-a-communications-59eme-congres-national-des-centres-de-sante-1554799321

Les propositions soumises seront examinées par les membres de l’institut de recherche des centres de santé, l’Institut Jean François Rey (http://ijfr.fr/), et vous serez informés des communications sélectionnées courant juin.

Dans l’attente de vos nombreuses réponses,

A très bientôt !

Le comité d’organisation du 59ème Congrès national des centres de santé

L’Institut Jean-François Rey

En finir avec les déserts médicaux, en finir avec la régulation par le marché de l’offre médicale. Par le Dr Boris Campos

Le Dr Boris Campos est médecin généraliste, porteur d’un projet de centre de santé communautaire à Hennebont ( Morbihan). 

Tout politicien professionnel porté sur la question de l’offre de soins de premier recours (qui dépend essentiellement de la répartition de la population médicale) en a conscience : insinuer qu’il faudrait ‘commencer-à-envisager-de-restreindre-modestement’ la liberté d’installation, c’est s’exposer à une immédiate levée de bouclier des principaux représentants du corps médical. La profession se montre très attachée à ce principe et jusqu’à présent aucun ministre de la santé n’a eu le courage politique de s’y opposer frontalement.

Liberté d’installation : le terme choisi pour ce pilier de la médecine libérale n’est pas innocent. Il est difficile au premier abord de s’opposer à une “liberté”. En défendant la liberté d’installation, les représentants du corps médical se posent en héros de la liberté en général, pourfendant la volonté de mainmise d’un Etat bureaucratique. Cette posture vise à gagner le soutien de la population. Mais au fond, cette “liberté” est une manière hypocrite de désigner ce qui constitue en réalité une régulation de la profession par le marché : la concurrence comme moyen de répartition de la population médicale. Et dans ce cadre, les principes de la médecine libérale ne se réduisent pas à la seule liberté d’installation. Cette dernière est complétée par l’entente directe sur les honoraires (liberté tarifaire du praticien et paiement direct par le patient), la liberté de choix du praticien par le patient et la liberté de prescription, l’ensemble étant historiquement chapeauté par le paiement à l’acte[1]. Chacun de ces éléments permettent d’assurer la concurrence. L’idée est simple : les mécanismes du marché assurent une offre de soin diversifiée, à des prix variables et le patient va où bon lui semble. Si la demande est forte, l’installation de nouveaux médecins sera un succès. Si la demande est faible ou l’offre trop importante, de faibles revenus inciteront des médecins à aller s’installer ailleurs.

Les choses, pourtant, ne sont pas si simple. N’en déplaise aux libéraux, la logique concurrentielle créée et entretien des inégalités. Pour ce qui est de l’offre médicale, bien que vingt fois plus nombreux qu’en 1900, les médecins sont aujourd’hui encore plus inégalement répartis[2] qu’à l’époque. Il y a des inégalités entre nord et sud de la France, villes et campagnes, centres et périphéries, quartiers aisés et quartiers pauvres[3]. Et alors que les médecins avaient l’habitude de tirer la sonnette d’alarme à propos d’une prétendue pléthore médicale, le phénomène inverse s’accroît depuis des années. Il s’agit dorénavant de lutter contre l’extension des déserts médicaux et la surcharge de travail. Estimant qu’une grande partie du problème -et donc de la solution- réside dans les fondements même du modèle actuellement dominant de la médecine de ville, nous examinerons un à un les principes sur lesquels reposent la médecine libérale.

Le paiement à l’acte, pour commencer, consiste au paiement du praticien après chaque acte de soins (consultation, suture, pose d’implant contraceptif, etc), que ce soit par le patient (paiement direct) ou par un organisme tiers d’assurance maladie (Tiers-payant ou dispense d’avance de frais), ce dernier organisme pouvant être public ou privé. C’est le mode de rémunération dominant en médecine de ville et, depuis 2009, il a été étendu au système hospitalier sous le nom de tarification à l’activité (aussi appelé T2A). Nous reviendrons plus longuement sur le paiement à l’acte dans un article consacré aux enjeux de la médecine moderne. Disons simplement ici qu’il génère une course à l’acte (la version soignante du “travailler plus pour gagner plus”) et ne valorise que ce qui est “coté” : l’aspect curatif des soins. Le temps que consacre un professionnel de santé libéral à de la prévention ou à la concertation avec des collègues pour discuter d’un cas complexe n’est pas rémunéré. Les limites du paiement à l’acte sont d’ailleurs tellement palpables que les pouvoirs publics cherchent à diversifier les modes de rémunération dans l’espoir d’améliorer les pratiques, notamment en ouvrant la possibilité d’indemniser les temps de réunion.

Le paiement à l’acte s’oppose au paiement à la fonction, c’est à dire au salariat. Ce dernier mode de rémunération permettrait pourtant d’intégrer le temps consacré à la prévention et à la concertation pluriprofessionnelle directement au temps de travail, tout en libérant le professionnel de fastidieuses tâches administratives et en lui permettant d’accéder à un statut conférant une meilleure protection sociale que le libéral. Ces avantages, combiné au poids de la gestion libérale, font que le salariat présente un attrait pour les nouvelles générations de médecins, à la recherche d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Pourtant, au yeux des représentants de la médecine libérale, le salariat ne rencontre que méfiance et hostilité.

L’entente directe combine la liberté tarifaire par le praticien et le paiement direct par le patient après les soins. Le principe de la liberté tarifaire est partiellement remis en cause par le conventionnement avec l’assurance maladie obligatoire : en s’engageant à demander au patient un tarif qui a été négocié avec la sécurité sociale, le praticien exerçant en “secteur 1” ne dispose plus de la liberté tarifaire. Le montant d’un acte n’est plus le résultat d’une négociation directe entre le praticien et le patient mais entre la profession et l’organisme d’assurance maladie. D’individuelle, la négociation tarifaire devient collective. C’est une protection indéniable pour le malade. Mais on aurait tort de croire que cela serait contraire aux intérêt du corps médical : en solvabilisant des centaines de milliers de patients, la sécurité sociale a considérablement augmenté la demande de soins – et a permis d’assurer des revenus conséquent à une population médicale plus importante qu’avant.

De plus, c’est un principe qui n’a que partiellement été remis en cause. Il persiste la possibilité de pratiquer des dépassement d’honoraires en restant conventionné (tarification du secteur 2) ou en exerçant hors convention, permettant la pratique d’honoraires libres et dans ce cas sans remboursement par la sécurité sociale. Ces honoraires doivent être déterminés avec “tact et mesure”, comme le préconise le code de déontologie médicale. C’est par ces dispositions que chaque année, avec tact, avec mesure, plus de 2,5 milliards d’euros sont soustraits aux patients[4], directement ou indirectement (via les complémentaires). La possibilité de pouvoir réaliser des dépassement d’honoraires est une concession des créateurs de la sécurité sociale à la conception libérale de la médecine. Nous considérons que c’est une erreur qui permet le développement d’une médecine à deux vitesses. C’est pourquoi nous sommes pour l’abolition du secteur 2 et des pratiques “hors convention”.

Pour ce qui est du paiement direct, en France, le paiement du médecin par le patient est la règle. Le tiers-payant est minoritaire. Devoir avancer les frais génère pourtant des reports ou des renoncements aux soins, comme le montre toutes les études[5]. Comment expliquer la résistance de la profession à une mesure qui favoriserait l’accès aux soins ? Les raisons sont en partie techniques. Si le recouvrement de la part sécu fonctionne bien (moins de 1% de rejet), il persiste de nombreux dysfonctionnement au recouvrement de la part complémentaire. Ces dysfonctionnements engendre une augmentation du temps de travail administratif. Mais ce n’est pas seulement une question technique. Une série d’arguments idéologiques est souvent mise en avant, comme le fantasme de la surconsommation de soins – et donc de l’augmentation irrationnelle des dépenses de santé – que la “gratuité” de l’accès au soin entraînerait[6]. Mais, au fond, ce qui dérange le plus, c’est probablement que le lien avec l’organisme-payeur principal deviendrait alors tellement évident que l’on se demanderait pourquoi il ne deviendrait pas un organisme-employeur.

Libre choix du praticien par le patient : la liberté de choix du praticien fait parti de ces principes qui semblent aller de soi. Pourtant, ce principe masque une réalité concrète ou le choix dépend de la densité médicale, du degré d’urgence des soins, du plateau technique nécessaire ou des compétences requises. Plus les soins seront urgents, spécialisés ou techniques, plus le choix du patient sera restreint. L’autre limite concrète est celle du portemonnaies. Dans certaines agglomérations, le “libre choix” d’un praticien en secteur 2 ou hors convention fait parti des possibilités pour qui en a les moyens. Les plus pauvres ont donc un “libre choix” plus restreint. Il ne s’agit pas de dire qu’il faudrait imposer une patientèle aux soignants et réciproquement. La possibilité d’obtenir un deuxième avis médical est, par exemple, un garde fou indispensable. Mais parler de libre choix du praticien comme liberté abstraite alors que coexistent des honoraires variables, c’est accepter concrètement des inégalités d’accès aux soins.

Il nous semble plus pertinent de mettre en avant la participation et le libre choix du patient dans la prise en charge. Pour pouvoir faire un choix éclairé et agir en conséquence, le patient doit disposer des éléments lui permettant d’apprécier les bénéfices espérés, les risques et les incertitudes de la prise en charge proposé. Le s professionnels de santé doivent être formé à développer ce type de relation avec leurs patients.

Liberté de prescription : elle s’entend tout à fait dans le sens de l’indépendance vis-à-vis d’organismes non soignant. L’effet thérapeutique doit primer sur l’aspect économique. Rappelons alors que la liberté de prescription n’a de sens que lorsqu’est garanti le libre accès au traitement. Une des conditions de la liberté de prescription est donc l’existence de la sécurité sociale, un système solidaire qui garantit le libre accès des patients aux traitements. Les défenseurs libéraux de la liberté de prescription sont pourtant loin d’être les premiers à agir pour défendre la sécurité sociale.

La liberté de prescription est évidemment limitée par le panel des molécules disponibles. Elle est donc régulée par les organismes qui délivrent les autorisations de mise sur le marché et qui décident de son niveau de remboursement public. Les médicaments remboursés sont censés avoir démontré leur efficacité, les médicaments qui ne le sont pas sont ceux qui sont inutiles, voire dangereux – et alors on peut légitimement se poser cette question : dans l’intérêt de qui ces médicaments sont-ils laissés sur le marché ? Le marché du médicament se distingue des autres par la présence d’un intermédiaire entre l’offre et la demande -le médecin- et par le caractère majoritairement public du financement de la demande (l’argent ne provient pas directement du “consommateur”). La loi française limitant la réclame auprès du patient, la cible du marketing se concentre sur le médecin. Pour augmenter son volume de vente -et donc son profit- un laboratoire doit influencer le prescripteur, il doit interférer avec son “libre-choix” dans la prescription. Le médecin est donc  au coeur du conflit entre intérêt privé (les bénéfices du laboratoire) et intérêt général (le choix du bon traitement – pas forcément médicamenteux – au bon moment). Pour arriver à ses fins, le laboratoire dispose de tout un arsenal : organisation de congrès, financement d’études cliniques, visiteurs médicaux, babioles, invitations à des présentations dans des lieux de haut standing, etc. A l’échelle mondiale, les sommes dépensés se comptent en milliard de dollars[7]. L’enjeu est à la mesure des profits générés par ce secteur industriel.

L’industrie pharmaceutique, en cherchant à favoriser la prescription de telle ou telle spécialité, cherche à faire primer l’aspect économique – sa rentabilité – à l’effet thérapeutique. La liberté de prescription ne concerne donc pas seulement une indépendance vis-à-vis des autorités publiques. Elle doit concerner l’ensemble des organismes ou entreprises présentant un potentiel conflit d’intérêt avec l’intérêt collectif. Les groupes d’experts rédigeant des recommandations de bonne pratique doivent par exemple être dénués de tout conflit d’intérêt. On peut de plus estimer que les médecins ne devraient pas avoir le droit de prescrire des médicaments inutiles ou dangereux – et donc réduire leur liberté en retirant du marché les médicament considérés comme tels. Pour défendre la liberté de prescription dans son entièreté, il faut la libérer de la pression de l’industrie. Et pour cela, nous considérons que le meilleur moyen est socialiser la production des médicaments. Cela permettrait de supprimer le conflit d’intérêt entre les producteurs du médicament et les consommateurs.

Face au développement des déserts médicaux, la première réponse des pouvoirs publics est de chercher à influencer les mécanismes du marchés. C’est le sens des mesures incitatives à l’installation. Pour combler les zones déficitaires, il suffirait d’attirer des médecins en leurs proposant des conditions attractives. Sauf que ces mesures coûtent cher et leur efficacité est contesté. Pire encore, cette réponse repose sur une mise en concurrence des territoires, dans un contexte de baisse des dotations globales de fonctionnement. Les communes en difficultés doivent trouver les ressources leur permettant d’être compétitives au regard des médecins : gratuité de loyer, exonération fiscale, avantages en nature parfois loufoques[8]… Aux dysfonctionnements d’un système basé sur la concurrence, les pouvoirs publics s’engagent encore plus avant dans la concurrence.

L’autre levier, l’augmentation du nombre de médecins formés, est une évidence mais ne sera pas suffisant non plus. Le problème du nombre de médecin est distinct de celui de leur répartition. En fait, le problème ancien des inégalités de répartition est mis en exergue par le problème nouveau du déficit d’offre de soin. Dans le cadre d’une régulation par le marché, il aura beau y avoir plus de médecins, la question de leur inégale répartition ne sera pas résolu pour autant. L’augmentation du nombre de médecin doit donc être couplé à une régulation qui permette une distribution équitable de la population médicale : une régulation publique. Et si la concurrence craint la pléthore, ce n’est pas le cas d’un service public disposant des moyens à la hauteur de ses ambitions. Pour les professionnels, cela permettra de diminuer leur temps de travail, pour les patients cela facilitera l’accès aux soins et permettra de réduire le délai de rendez-vous. Et d’ici à ce que la société estime qu’il y a trop de médecins, il y a de la marge.

Pour rendre les conditions de travail attractive sans toucher au cadre de la médecine libérale, les pouvoirs publics et une partie des représentant du corps médical prônent le regroupement des professionnels dans des Maisons de Santé Pluriprofessionnelles (MSP). L’ambition affichée est de créer une structure permettant la coordination de différents professionnels. Dans les faits, la création récente de centaines de MSP s’accompagnent peu d’un changement de pratiques[9]. Elles ressemblent un peu trop à des cabinets de groupe, où l’intérêt principal réside dans les économies d’échelles. Passer d’un exercice regroupé à un exercice coordonné nécessite, entre autre, le décloisonnement des logiques soignantes dès la formation universitaire et sa reconnaissance par sa valorisation financière.

Au paiement à l’acte, nous défendons le paiement à la fonction. A l’entente directe, nous défendons l’abolition du secteur 2 et la généralisation du tiers payant intégral. La liberté de prescription, nous souhaitons la protéger de l’influence de l’industrie et nous y ajoutons le libre accès au traitement pour le patient. Au libre choix du praticien, nous privilégions le libre choix du patient dans la prise en charge. A la régulation par le marché de l’offre de soin, nous défendons une régulation publique et un maillage territorial rationnel de structures publiques de soins de premier recours. Actuellement, la prestation de soins médicaux est principalement une production privée garantie par un financement public. Nous souhaitons résoudre cette contradiction par la création d’un service public de santé, incluant le développement, la production et la distribution du médicament. Cela ne signifie pas que nous nous opposons aux médecins libéraux. Cela signifie que nous rejetons les principes fondateurs de la médecine libérale.

[1] Une régulation par le marché pourrait cependant aussi s’accomoder d’un paiement à l’acte ou à la performance, disons que le paiement à l’acte est son milieu “naturel” qui permet aux autres principes de s’appliquer. La capitation, par exemple, remettrait en cause l’entente directe.

[2] https://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-inegalites-territoriales-de-sante-en-france/.

[3] « Dépeuplement rural et offre de soins de premiers recours » https://journals.openedition.org/eps/6177.

[4] « Dépassements d’honoraires : quels praticiens sont les plus concernés ?. » 1 déc.. 2017, http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2017/12/01/29006-20171201ARTFIG00026-depassements-d-honoraires-quels-praticiens-sont-les-plus-concernes.php. Ce chiffre est à mettre en balance avec les 18 à 19 milliards d’honoraires totaux du pays.

[5] « Lutte contre le renoncement aux soins | ameli.fr | Établissement de santé. », https://www.ameli.fr/ etablissement-de-sante/exercice-professionnel/service-patient/lutte-contre-le-renoncement-aux-soins.

[6] « Le tiers-payant est-il inflationniste – Irdes. » http://www.irdes.fr/Publications/Rapports2000/rap1296.pdf.

[7] En France, c’était plus de 2 milliards d’euros en 2017 d’après les chiffres fournit par le puissant lobbie pharmaceutique, le LEEM. « Industrie pharma en France : réduction de la voilure … – PharmAnalyses. » 9 mai. 2018, http://pharmanalyses.fr/industrie-pharma-en-france-reduction-de-la-voilure/.

[8] « Un maire promet un duplex de 140 m² et un bateau pour attirer un …. » 31 juil.. 2018, https://immobilier.lefigaro.fr/article/un-maire-promet-un-duplex-de-140-m2-et-un-bateau-pour-attirer-un-medecin_d40f1b9c-93ff-11e8-b205-a50084ea3881/.

[9] « Les maisons de santé pluriprofessionnelles en France : une … – Cairn. » https://www.cairn.info/revue-francaise -d-administration-publique-2017-4-page-887.htm.

 

La ville d’Alençon recrute pour son centre municipal de santé 3 médecins généralistes pour le 1er octobre 2019

La ville d’Alençon recrute pour son centre municipal de santé qui ouvre en octobre 2019 3 médecins généralistes à temps complet avec possibilité de poste partagé avec le service de médecine générale de l’hôpital d’Alençon.  

Vous trouverez ci dessous l’offre d’emploi détaillée ( cliquez sur l’image pour y accéder). 

 

 

 

Mise en place d’une file d’attente électronique dans un Centre Municipal de Santé, 1er bilan

Retour d’expérience de Christelle Pommier, Directrice de la santé à Argenteuil (95) en charge de la mise  en place du logiciel, dans le cadre de la réorganisation de l’accueil du centre municipal de santé Irène Lézine.

Un logiciel de gestion de file d’attente électronique, qu’est ce que c’est ?

C’est un logiciel qui remplace le système traditionnel de ticket manuel. Le nombre de files d’attente et les motifs de visite sont programmés à la carte puis gérés par guichet en fonction des paramétrages affectés à chaque guichet  et à chaque agent.

Il peut y avoir autant de files d’attente (et donc de motifs) que nécessaire.

Il est possible de prioriser une file d’attente et  de paramétrer le guichet d’appel en fonction des agents d’accueil.

Pourquoi avoir installé un système électronique de gestion de salle d’attente ?

Au centre de santé nous avons de 200 à 300 passages par jour, avec un pic d’affluence aux heures d’ouverture et parfois des tensions. Nous voulions moderniser l’accueil, fluidifier la gestion des patients, mieux organiser le travail des équipes, améliorer la qualité de l’accueil des patients.

Le système était déjà  installé à l’hôtel de ville d’Argenteuil  ainsi que dans les maisons de quartier depuis plusieurs années avec de bons retours sur la gestion de la salle d’attente.  Il a fallu simplement acheter de nouvelles licences en complément pour les nouveaux postes.

Le parcours du patient au CMS avec ce système 

A l’entrée  du patient dans le CMS, le patient trouve une borne automatique de distribution de ticket. Il  sélectionne le motif de sa venue sur la borne en pressant un bouton repéré à la fois avec la phrase d’accroche et un pictogramme :

  • Vous avez rendez-vous
  • Vous n’avez pas rendez-vous

Puis plusieurs choix : je viens consulter un généraliste, je viens pour une prise de sang, je viens récupérer mes résultats, je veux prendre un rendez-vous

  • Dentiste

Il prend son ticket sur lequel est inscrit son heure d’arrivée.

Il s’assoie en salle d’attente et attend que son numéro s’affiche sur l’écran ainsi que le guichet correspondant.

Il regarde l’écran qui diffuse en continu  un bandeau d’information.

Il se rend au guichet indiqué.

La gestion pour les agents d’accueils 

Les agents et la coordinatrice ont un bandeau sur leur ordinateur permettant de gérer la salle d’attente, de visualiser le nombre de patients en attente et dans chaque file et d’appeler de manière automatique ou sélective les patients. Le chef de service ou le Directeur peuvent également visionner ces informations à distance dans leur bureau

Chaque matin, il faut intégrer le nombre de RDV non programmés possible qui varie selon les jours.  C’est le point contraignant.

C’est aussi un outil managérial, avec la possibilité de faire des statistiques. Par exemple calcul de la fréquentation moyenne par jour, nombre de RDV non programmés, nombre de patients reçus par agent, le temps d’entretien, le temps d’attente etc…  

 La mise en œuvre s’est elle bien déroulée ?

L’installation informatique a été assez simple (prise réseau, installation de l’écran etc) étant donné l’expérience sur les autres structures de la ville.

Avant la mise en place, il fallu choisir les files d’attente, les motifs, les droits des agents et les phrases d’accroche pour le patient. Les phrases et les pictogrammes doivent être bien explicites. Il a fallu aussi choisir ce que nous voulions inscrire sur le ticket, le suivi de salle d’attente pour les agents d’accueil etc…

Les agents ainsi que l’équipe encadrante ont reçu une formation préalable et un accompagnement sur site au lancement de l’application. Tout s’est bien déroulé.

Pour les patients, il a fallu faire un travail pédagogique. La première semaine un agent d’accueil est resté près de la borne pour expliquer la prise de ticket. Aujourd’hui il est encore présent quelques minutes à l’ouverture des portes à 8h30 et à 13h30, pour éviter les difficultés.

La première semaine, tout s’est bien passé, sans problème particulier au démarrage. Par la suite un bug informatique sur les RDV non programmés a bloqué le système pendant quelques jours. Celui-ci a été résolu.

Nous n’avions pas assez anticipé sur les besoins de rouleaux de ticket… et il en faut beaucoup. 

Il faut aussi penser au visuel de la borne et à son habillage, elle est livrée brut.

 Quels sont les retours ? Avez-vous des éléments d’évaluation ?

Nous comptons faire une enquête de satisfaction auprès des patients. Mais l’installation date de juin 2018 et nous n’avons pas encore eu le temps d’organiser cette enquête.

Les agents ont estimé que la mise en pratique était simple. L’ambiance de la salle d’attente s’est visiblement apaisée, c’est ce qui nous semble le plus important. Les retours des patients en salle d’attente sont positifs.

Nous attendons les travaux de réfection de la salle d’attente prévu en fin d’année 2019 pour étendre eSirius à notre deuxième CMS Fernand Goulène.

 

Dr Marie Pénicaud

MG à Irène Lézine et médecin chef des CMS d’Argenteuil

Le 1er avril 2019

 

 

LE NOUVEAU BUREAU DE L’USMCS A ÉTÉ ÉLU LE 3 AVRIL 2019

Lors de l’Assemblée Générale de l’Union Syndicale des Médecins de Centres de Santé (USMCS), le mandat de Président du Dr Eric May a été renouvelé.L’assemblée plénière a également élu les membres du bureau et du conseil syndical de l’USMCS :

  • Secrétaire général : Frédéric Villebrun,
  • Secrétaire générale adjointe : Charlotte Serrano, 
  • Trésorière : Chantal Prat, 
  • Trésorière adjointe : Lydia Caillaud, 
  • Autres membres : André Soares, Yannick Ruelle, Edouard Jean-Baptiste, Charlotte Serrano, Julien Le Breton , Cedric Cheymol, Marie Pénicaud,  Julie Chastang, Nicolas Pellegrin

A la suite de cette assemblée, l’USMCS rappelle que seule une refondation profonde de l’organisation du système de santé permettra de répondre aux attentes de la population et aux enjeux de santé publique. Elle doit passer un aménagement de tout le territoire en structures de soins de proximité de service public, qui devront répondre à des missions d’intérêt général et territorial.  Un investissement massif sur les soins de premiers recours et sur la prévention est nécessaire. Pour cela, il est urgent que soient créés dans tous les territoires plusieurs centaines de centres de santé, seules structures ambulatoires de service public intégrant santé publique, soins et prévention à l’échelle des territoires et au bénéfice des populations et dans lesquels :

  • Les besoins des usagers sont entendus et pris en compte
  • Aucun « dépassement d’honoraires » n’est pratiqué
  • Le tiers payant est intégral
  • Le travail est organisé en équipe pluri-professionnelle (médecins, infirmières, dentistes, secrétaires, etc.)
  • Les médecins sont salariés, payés à la fonction, avec tous les droits liés à ce statut (congés maternité, formation, etc.)
  • L’indépendance d’exercice est garantie à l’équipe médicale
  • La sécurité des patients est organisée 
  • Les fonctions administratives sont déléguées aux personnes qualifiées.
  • Les équipes portent des projets de recherche en soins primaires

L’USMCS donne rendez-vous à toutes et à tous au 59ème Congrès National des Centres de santé qui se déroulera les 3 et 4 octobre 2019 à Paris.

Vous trouverez ci dessous le rapport moral du Président pour l’année 2018.

 

 

Show Buttons
Hide Buttons
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com