Rejoignez-nous : Recherchez :

Renaissance du site

Chers  amis,

c’est pour nous un plaisir immense que de vous ouvrir enfin les pages du nouveau site de l’USMCS.

6 mois d’attente, ce fut long pour vous, ce fut très long pour .. nous. 

Mais voilà, il est bien là, différent, mais  fidèle à nos valeurs, nos objectifs de partage et d’échanges au service des centres de santé, de leurs professionnels et de leurs usagers. Il est là pour promouvoir notre pratique médicale, en équipe et coordonné, notre exercice salarié, qui aujourd hui plus que jamais apparaissent comme la seule alternative au modèle libéral moribond.

Il est là , imparfait certes. Mais donc perfectible. Nous le ferons évoluer  dans les semaines qui viennent, en lien avec le blog de l’Union, en réponse à vos observations, vos attentes, vos demandes.

Guettez les premiers articles, les premiers éditoriaux, et découvrez le programme du 55 eme Congrès National des Centres de Santé qui se tiendra à Paris les 1er et 2 octobre 2015. Inscrivez vous, ce sera l’occasion de parler avenir des centres et avenir du site !

Bonnes lectures

A très bientôt !

Eric May

Président

 

L’USMCS a élu son nouveau bureau le 12 février et appelle à la multiplication des centres de santé en France

Le 12 février 2015, lors de l’Assemblée Générale de l’Union Syndicale des Médecins de Centres de Santé (USMCS), le Dr Eric May, médecin généraliste, a été réélu président.

L’assemblée plénière a également élu les membres du bureau et du conseil syndical de l’USMCS :

  •  secrétaire général, le Dr Frédéric Villebrun, médecin généraliste,
  •  trésorière, le Dr Lydia Caillaud, médecin généraliste,
  •  secrétaire général adjoint, le Dr Cédric Cheymol, médecin généraliste,
  •  membres du bureau, les Drs Edouard Jean-Baptiste, Alain Beaupin, Alain Brémaud, Claire Terra, Bénédicte Piketty, médecins généralistes, et le Dr Patrick Bouffard, cardiologue.

A la suite de cette assemblée, l’USMCS rappelle qu’il est urgent, pour faire face aux enjeux de santé publique d’aujourd’hui et de demain, que voient le jour, dans tous les territoires français, plusieurs centaines de structures publiques d’exercice de la médecine ambulatoire, à l’initiative conjointe des professionnels et de la population, dans lesquelles :

Les leçons d’une grève : les mentalités médicales libérales en sont encore au 20ème siècle ? Pour nous, c’est place à l’an 2015 !

La médecine libérale à la française est décidément son pire ennemi. Engluée dans des dogmes d’un autre âge, incapable de proposer, elle aura réussi à faire croire aux français qu’elle était hostile au tiers payant intégral.

Et pourtant ce n’est pas le moment : faute de pouvoir faire l’avance des frais en cette période si dure, beaucoup de nos concitoyens doivent renoncer aux soins.

Merci les assureurs santé et les médecins libéraux qui ne s’occupent que de leurs propres intérêts !

Le retour de l’insécurité sociale, c’est maintenant !

Pendant ce temps, nous médecins de centres de santé voulons faire entendre notre voix.

En ce début 2015, nous formulons le vœu que nos concitoyens puissent partout disposer du libre choix.

Appel unitaire pour sauver la Santé à Colombes !

AAPPPPEELL UUNNIITTAAIIRREE

pour un accès aux soins pour tous à Colombes !!!!!!

Nous demandons la suspension de la fermeture des consultations de spécialité, Dentaire, Radiologie et soins infirmiers, au Centre Municipal de Santé et par conséquent, la réouverture de tous les agendas des praticiens du centre à compter de janvier 2015 !

Nous souhaitons que s’engage un dialogue dans un esprit constructif avec la Municipalité de Colombes.

Y aura-t-il des médecins à Noël ? Pourquoi nous ne ferons pas grève

La colère gronde dans le corps médical. Les syndicats de médecins libéraux, les cliniques, et même les urgentistes, chacun y va de sa protestation.

Il y a de quoi ! Les médecins comprennent que, plus ça va et plus leur professionnalité est remise en cause. Le sentiment est vif, il est largement partagé.

Mais nous ne ferons pas grève

Si le modèle de la médecine libérale à la française est attaqué de toute part, et si bureaucratie, autoritarisme et toute puissance budgétaire se sont emparés des commandes du système, c’est parce que le système est bien malade, et pour le dire tout net, parce qu’il est déjà en phase terminale.

Show Buttons
Hide Buttons
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com