Rejoignez-nous : Recherchez :
  • Accueil
  • INFOS DU SYNDICAT
  • publications USMCS
  • Etat des lieux et avenir de la kinésithérapie en Centre de Santé Municipale, par Grégory Lemoine, Président du Syndicat des Kinésithérapeutes salariés en Centre de Santé Municipal

Etat des lieux et avenir de la kinésithérapie en Centre de Santé Municipale, par Grégory Lemoine, Président du Syndicat des Kinésithérapeutes salariés en Centre de Santé Municipal

Dans un monde où l’hôte de caisse est remplacée par une machine « self scanning », où l’ouvrier manutentionnaire est dirigé par une commande vocale robotisée, où le téléopérateur et le secrétariat d’accueil sont remplacés par du «neuromarketing » et des « e-secrétaires », où les « e-soldats » se substituent aux armées et seront très prochainement commandés par des interfaces « cerveau-machine », où les « e-traders » provoquent des mini krachs boursiers dans un intervalle de temps de l’ordre du millionième de seconde, quelle place va être donnée à l’être humain dans cette société qui se déshumanise ?

Sous couvert de la modernisation du monde médical, la « e-santé » et notamment la « télémédecine » serait en passe de remédier aux dramatiques déficits de professionnels de santé dans les déserts médicaux. Cela n’est pas sans rappeler « la médecine pour tous » promis il y a encore quelques années. En réalité, la « e-médecine », télémédecine en tête, risque de devenir un élément supplémentaire favorisant les inégalités sociales. En effet, l’arbre décisionnel algorithmique ne pourra jamais prendre en considération les dimensions, psychologiques, philosophiques des êtres humains souffrant de maladies déstructurantes socialement.

Le clivage entre les « pro et « anti télémédecine », les « pro et anti e-santé » est stérile. Il masque le véritable enjeu des années à venir : l’effondrement de la démographie médicale, dont l’origine prend sa source dans l’absence d’anticipation du départ à la retraite du papyboom.

La kinésithérapie n’est pas épargnée par le sujet. Sa population, déjà peu importante dans les déserts médicaux et dans les centres de santé municipaux, est extrêmement impactée. Pour les municipalités, dont les capacités financières diminuent d’année en année, la tentation est grande de supprimer des services de kinésithérapie, souvent coûteux, et dont la moitié des effectifs vient de partir à la retraite.

Dans ces conditions, et face à de jeunes kinésithérapeutes, pratiquant de plus en plus souvent des tarifs déconventionnés, des surfacturations à l’acte pour des raisons d’hyperspécialisations, ainsi que malheureusement des prises en charge multiples à la séance, dans des territoires surdotés ; le pouvoir d’attractivité des centres de santé municipaux est mis à mal avec des propositions salariales basées sur la grille des rééducateurs territoriaux, alors que le recrutement en emploi permanent de l’agent contractuel de la fonction publique territoriale, en l’absence de cadre d’emplois, est extrêmement attractif.

Dans un contexte européen de coupe budgétaire, le « virage ambulatoire », porté par les différents ministres successifs depuis 2007, devait et doit s’articuler autour de l’axe « hôpital-ville ». Mais voilà, cette articulation peut-elle être efficiente en l’absence d’acteur de santé au sein de la ville, comme au sein de l’hôpital ? Pourquoi les offres de soins déjà existantes, Centre de santé municipal en tête, n’ont-ils pas été renforcées ? Pourquoi l’incitation financière à l’installation pour le secteur privé n’est-elle pas identique dans le secteur public ?

Assistées de grands groupes d’assurance privés, de promoteurs immobiliers de santé, les municipalités, accompagnées par les ARS, tentent d’inciter la nouvelle génération médicale à s’installer en Maison de Santé Pluridisciplinaire.

Ces MSP restent souvent bien vides. L’absence de personne-ressource pilotant la structure, l’absence de projet de santé au sein de la structure et enfin le défaut de trésorerie pour les jeunes diplômés sont autant d’éléments contribuant à la non-ouverture des MSP. Cela renforce le défaut d’accès aux soins primaires dans les territoires sous dotés. La complémentarité « public-privé », au sein de la ville, devient de plus en plus difficile. La coordination des soins, essentielle à la qualité du traitement des patients, en pâtit fortement.

La kinésithérapie s’inscrit totalement dans les projets de santé portés par les centres de santé municipaux. Elle a une place de choix dans les valeurs humanistes, portée par ces structures. La régularité du traitement donne la possibilité à l’individu de s’exprimer comme une entité indivisible, dans un cadre où le pivot central est incarné par le médecin généraliste et où tous les autres professionnels de santé du centre peuvent être utilisés comme relais. Le kinésithérapeute en Centre de Santé a le temps d’écouter le patient. Il peut le faire d’autant plus librement, qu’il n’a pas à se préoccuper des aspects administratifs et financiers spécifiques au cabinet libéral.

Dans les années à venir, la profession va devoir relever un grand défi, à savoir stabiliser, voire augmenter sa population au sein des centres de santé municipaux. Elle va également devoir également se poser la question de la place qu’elle souhaite donner à la « e-technologie » dan le parcours de soin du patient.

Enfin, face à l’obligation légale, qu’impose la communauté européenne à la France, il va être nécessaire de s’interroger sur la place que va donner le kinésithérapeute aux accès partiels à la profession. Leur arrivée massive, sans compétences techniques réelles, pourrait fortement séduire des municipalités désireuses de faire du chiffre d’affaires, plutôt que de proposer des soins de qualité, centrés sur l’être humain. Le patient a le droit d’information sur sa santé, a-t-il le droit d’être informé sur l’amplification d’une médecine à deux vitesses ?  

 

 

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.
Show Buttons
Hide Buttons
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com