Rejoignez-nous : Recherchez :

Rémunération sur objectifs de santé publique : améliorer les outils pour mieux valoriser les pratiques.

par Anne Moulin

Publication originale : 21 décembre 2011

« Rémunération sur objectifs de santé publique » :

Améliorer les outils pour mieux valoriser les pratiques.

La convention signée en juillet 2011 institue une rémunération des médecins généralistes prenant pour base un ensemble d’« indicateurs de performance ».

Le Collège de la Médecine Générale (CMG) considère comme une avancée les démarches valorisant la qualité des pratiques individuelles :

  • · la notion de qualité est intrinsèque à l’exercice médical ;
  • · une rémunération des médecins sur des objectifs de santé publique est légitime ;
  • · l’utilisation d’indicateurs est pertinente pour mesurer l’atteinte d’objectifs de santé publique ;
  • · l’évolution d’un contrat individuel (CAPI) vers une convention gérée paritairement et engageant la profession est un progrès.

Cependant, le CMG constate plusieurs problèmes et appelle à la plus grande vigilance sur les points suivants :

Les indicateurs ne sont que des outils avec leurs limites et leurs risques. Pour permettre aux médecins une analyse de leur pratique, centrée sur l’amélioration de la qualité des soins délivrés aux patients, cette approche doit intégrer certaines conditions respectant des règles.

  • · Les indicateurs proposés par l’Assurance Maladie reflètent la consommation des soins présentés au remboursement et non la pratique effective du médecin. Elle méconnaît les effets liés aux caractéristiques de la patientèle ou à celles d’un territoire.
  • · Le choix actuel des indicateurs et le niveau retenu pour chacun d’entre eux ne sont pas le résultat d’un consensus professionnel ou scientifique, ce qui pose le problème de leur pertinence et du risque d’effets pervers prévisibles.
  • · L’évaluation de la qualité est complexe, multidimensionnelle, et ne se réduit pas à la mesure d’indicateurs essentiellement quantitatifs.

Pour l’avenir, le Collège demande :

  • · La mise en place d’un dispositif de recueil de données auprès d’un échantillon de médecins, afin de valider et/ou de faire évoluer les indicateurs conventionnels.
  • · La prise en compte lors de la mesure des indicateurs, des caractéristiques sociales des patients et/ou des territoires ainsi que des exceptions : patients pour qui l’indicateur n’est à l’évidence pas pertinent par exemple.
  • · Le développement d’indicateurs sur des thèmes aujourd’hui non couverts tels que la qualité de la relation, et les fonctions essentielles de la discipline Médecine Générale (coordination des soins, prise en charge globale, suivi, synthèse) qui ne sont aujourd’hui ni évaluées, ni valorisées.
  • · Une implication indispensable du corps médical dans le recueil des données et la mesure des indicateurs. Des développements informatiques, des moyens humains et un programme de formation doivent donc être mis en place rapidement.

Le Collège rendra public un document d’analyse et des propositions au cours d’une conférence de presse courant Janvier 2012.

Contacts : Pr. Pierre-Louis Druais,

06 09 42 22 77

Dr. Pascale Arnould,

06 07 75 80 20

Rétrolien depuis votre site.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.
Show Buttons
Hide Buttons
Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com